• Cliquez sur une lettre pour accéder à la liste complète :
  • A -
  • B -
  • C -
  • D -
  • E -
  • F -
  • G -
  • H -
  • I -
  • J -
  • K -
  • L -
  • M -
  • N -
  • O -
  • P -
  • Q -
  • R -
  • S -
  • T -
  • U -
  • V -
  • W -
  • X -
  • Y -
  • Z -
  • fém. -

La fiche complète de l'ancien Vert Charles PARET

Nom Prénom Club

PARET

Charles

Divers
Charles Paret

Directeur administratif
Lorsque Pierre Guichard retrouve son poste de prĂ©sident de l’AS Saint-Etienne le 20 juillet 1950, il se rend bien compte que la premiĂšre tĂąche qui lui incombe est de structurer le club pour qu’il rĂ©ponde enfin aux contraintes du professionnalisme. Il a crĂ©Ă© l’ASSE en 1933, l’a portĂ© Ă  bout de bras pendant dix ans avant de tirer une premiĂšre fois la rĂ©vĂ©rence. Au dĂ©but des annĂ©es 50, l’à peu prĂȘt ne peut plus ĂȘtre tolĂ©rĂ© et Ă  son retour, il s’aperçoit que certaines fonctions, occupĂ©es auparavant par des bĂ©nĂ©voles, enthousiastes mais inexpĂ©rimentĂ©s, doivent ĂȘtre attribuĂ©es Ă  des spĂ©cialistes.
Dans un premier temps, il incorpore Alex Fontanilles qu’il nomme vice-prĂ©sident. C’est un homme prĂ©cieux car ses connaissances des hautes sphĂšres dirigeantes de la fĂ©dĂ©ration française de football sont utiles pour dĂ©fendre les intĂ©rĂȘts du club au plus haut niveau. Guichard recherche Ă©galement un responsable administratif capable de gĂ©rer tous les aspects rĂ©glementaires et de recadrer la maison verte.

Cette parle rare s’appelle Charles Paret. C’est tout simplement le meilleur recrutement de l’histoire de l’Association Sportive de Saint-Etienne.

Paret, ancien cadre de la maison Casino oĂč il s’occupait du service transport, a, par ses qualitĂ©s de rigueur et d’organisation, convaincu son patron qu’il Ă©tait la personne indispensable pour lÂ’Ă©pauler Ă  faire grandir le club. NĂ©anmoins, il accepte le poste de secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral de l’ASSE avec certaines rĂ©ticences mĂȘme si on ne peut dĂ©cemment pas refuser de rendre service Ă  Monsieur GUICHARD. N’oublions pas que le club sort d’une grave crise financiĂšre qui aurait pu causer sa mort et qu’il est encore loin d’ĂȘtre dĂ©finitivement tirĂ© d’affaire. Aussi, il obtient la garantie de rĂ©cupĂ©rer son emploi si les choses tournaient mal.
Charles Paret intĂšgre son nouveau bureau en 1950. Parler de bureau est notablement exagĂ©rĂ© puisqu’il occupe une petite piĂšce dans l’arriĂšre salle d’une brasserie « Le CafĂ© de la Paix » qui servait de siĂšge social. Mal Ă©clairĂ©e, mal aĂ©rĂ©e, elle lui occasionnait des maux de tĂȘte terribles. C’est tout de mĂȘme un peu pour lui un retour aux sources. En effet, il a jouĂ© au football dans sa jeunesse et a mĂȘme Ă©tĂ© cadet puis junior Ă  l’ASSE avant de tout laisser tomber lorsqu’il s’est mariĂ©. EmbauchĂ© par la SNCF en tant que sous-chef de gare, il travaillait le dimanche ce qui a mis un terme Ă  ses exploits sportifs. A la LibĂ©ration, il dĂ©missionne de la SNCF et il est recrutĂ© par la SociĂ©tĂ© Casino qui profite de ses talents d’organisateur.

Charles Paret

UN VERITABLE CHEF D’ORCHESTRE

Ses premiers dossiers sont dĂ©jĂ  chauds bouillants. Il s’agit de faire patienter les crĂ©anciers notamment la sĂ©curitĂ© sociale envers laquelle l’ASSE est endettĂ©e. L’aide de la mairie, indispensable, est arrivĂ©e Ă  point nommĂ© pour faire patienter les plus vindicatifs. Toutefois, gĂ©rer un club de football professionnel suppose de maĂźtriser les rĂšglements sportifs qui s’y rattachent. Pour ĂȘtre sĂ»r de connaĂźtre toutes les subtilitĂ©s, il les apprend par cœur et il devient alors incollable surtout en ce qui concerne celles qui rĂ©gissent les transferts de joueurs. Son intervention a Ă©tĂ© dĂ©cisive dans un certain nombre d’entre eux.
La premiĂšre remonte Ă  1955 oĂč il arrache la signature de Jean Oleksiak (le pĂšre de Thierry Oleksiak) qui sÂ’Ă©tait engagĂ© avec le LOSC. Les Nordistes lui avait fait signer un accord de non sollicitation mais il n’avait pas Ă©tĂ© homologuĂ© par les instances nationales. DĂ©couvrant cette erreur, il sÂ’Ă©tait dĂ©placĂ© personnellement pour convaincre le joueur de choisir l’ASSE. Bien lui en a pris car il a rĂ©alisĂ© une carriĂšre remarquable dans le Forez faisant mĂȘme parti par la suite de l’encadrement des Verts en Ă©tant l’adjoint de Robert Herbin.
L’intervention de Paret a Ă©tĂ© dĂ©terminante dans de nombreux autres dossiers comme par exemple celui de Christian Sarramagna, un attaquant espoir qui attire toutes les convoitises. Bordeaux a Ă©tĂ© le plus prompt mais lui a fait signer une licence en falsifiant la visite mĂ©dicale. Bien entendu, le secrĂ©taire administratif dĂ©couvre le pot aux roses et finalement Sarramagna prend la direction de l’ASSE Ă  la grande colĂšre des Girondins qui tenteront par tous les moyens de faire annuler ce transfert. On peut citer d’autres cas comme celui de Sbaiz, Lacuesta ou Robert Herbin que Pierre Garonnaire avait eu toutes les peines Ă  faire venir dans le Forez mais dans sa prĂ©cipitation, il lui fait signer une convention insuffisante pour emporter la dĂ©cision. C’est Paret, lui-mĂȘme qui se charge de soumettre Ă  Herbin le document authentique.

Charles Paret, la vĂ©ritable cheville ouvriĂšre de l’AS Saint-Etienne

Pendant vingt-cinq ans, il est la cheville ouvriĂšre de l’ASSE qui a fait passer le club du monde artisanal au monde moderne. Avec Roger Rocher, il verrouille dans le plus grand secret en 1962, Ă  la suite des accords d’Evian accordant l’indĂ©pendance Ă  l’AlgĂ©rie, le retour de l’AlgĂ©rien Rachid Mekloufi. En 1969, il arrive Ă  persuader Salif Keita de rester Ă  Saint-Etienne alors qu’Anderlecht lui avait fait parvenir une offre faramineuse. Il supervise la construction du nouveau siĂšge social (un bĂątiment de trois Ă©tages ultra fonctionnel) au sein mĂȘme du stade Geoffroy Guichard en 1972. Il est Ă©galement pour une grande part dans les rĂ©sultats des Verts en Coupe d’Europe les ayant menĂ© jusqu’à la finale en 1976. C’est lui qui fait signer des contrats de longue durĂ©e aux vainqueurs de la Coupe Gambardella 1970 (Repellini 5 ans, P. Revelli, Sarramagna et Synaeghel 6 ans, Merchadier et Santini 7 ans, Lopez 8 ans). Robert Herbin a pu dĂšs lors avoir Ă  sa disposition un groupe solidaire et stable, condition indispensable, pour l’amener au plus haut niveau.
La lĂ©gitimitĂ© du directeur administratif Ă©tait telle qu’à la fin de sa carriĂšre, il Ă©tait le seul Ă  avoir encore de l’influence sur Roger Rocher et Ă  lui faire entendre raison. Il dĂ©cĂšde en dĂ©cembre 1977 des suites d’une longue maladie et en son absence, Rocher n’a plus eu aucun garde fou pour l’empĂȘcher de constituer sa « caisse noire » Ă  l’origine de tous les malheurs. Il ne fait nul doute aujourd’hui que si Charles Paret avait Ă©tĂ© encore en vie, il aurait, par son intelligence et sa probitĂ©, Ă©vitĂ© que son patron ne commette l’irrĂ©parable.

Il est donc tout a fait naturel, en remerciement d’un quart de siĂšcle de dĂ©vouement inĂ©galĂ© pour l’AS Saint-Etienne, qu’une tribune du stade Geoffroy Guichard porte son nom.


Toutes les informations du site www.anciensverts.com sur Charles PARET :

Titre, cliquez sur le titre Date
[Epopée] De solides fondations ont permis ce formidable parcoursJeudi 12 mai 2016 10:54
Nouvelle tribune Charles Paret : mais qui Ă©tait-il ?Samedi 15 Septembre 2012 16:50


Nombre de consultations de cette fiche : 9752

Date de dernière modification de cette fiche : Samedi 19 Mars 2016

Les statistiques et les pages du site www.anciensverts.com