• Cliquez sur une lettre pour accéder à la liste complète :
  • A -
  • B -
  • C -
  • D -
  • E -
  • F -
  • G -
  • H -
  • I -
  • J -
  • K -
  • L -
  • M -
  • N -
  • O -
  • P -
  • Q -
  • R -
  • S -
  • T -
  • U -
  • V -
  • W -
  • X -
  • Y -
  • Z -
  • fém. -

Romain Poyet :"Je remercie Samuel Michel pour son travail"

Romain Poyet

Romain Poyet

Capitaine de l’Amiens SC, Romain Poyet revient sur sa suspension et l’arrivĂ©e de Christophe Pelissier en tant qu’entraĂźneur.

Avec du recul, comment jugez-vous votre expulsion face au CA Bastia (2-2), aprĂšs le match, qui vous a valu quatre matches de suspension ?

C’est pire que lorsqu’on est blessĂ©. On a l’impression qu’on peut jouer mais ce n’est pas possible car on est sanctionnĂ© pour une grosse erreur que je ne reproduirai certainement pas. CÂ’Ă©tait un moment de tension sur un moment chaud. C’est la premiĂšre fois que cela m’arrive et j’espĂšre que cÂ’Ă©tait la derniĂšre.

Toujours avec un peu de recul, si vous aviez eu trois points de plus, Samuel Michel aurait peut-ĂȘtre Ă©tĂ© conservĂ©Â…

Peut-ĂȘtre, je ne sais pas du tout. On peut refaire l’histoire. Si Bastia nÂ’Ă©galise pas en fin de match, si on arrive Ă  mettre un second but contre Strasbourg. S’il nous manque des points, c’est qu’il nous a manquĂ© des tas de petites choses. On a peut-ĂȘtre les points qu’on mĂ©rite aujourd’hui mais ce n’est pas catastrophique. Ce n’est pas grandiose mais on n’est pas dĂ©crochĂ©s au classement. J’ai regardĂ© Dijon – Caen et SĂ©bastien Perez, le directeur sportif dijonnais, disait qu’à la trĂȘve, la saison derniĂšre, Caen avait neuf points de retard sur le troisiĂšme en Ligue 2. Tous les matches aller Ă©taient jouĂ©s et cela n’a pas empĂȘchĂ© les Caennais de se retrouver dans le trio de tĂȘte en rĂ©alisant une superbe deuxiĂšme partie de saison. Personne ne les voyait refaire leur retard.

Avez-vous le sentiment que vous Ă©tiez vraiment dans une impasse avec Samuel Michel ?

Le bilan de la premiĂšre partie de saison est frustrant et pas Ă  la hauteur des ambitions du club. J’ai toujours dit au prĂ©sident, et je ne me dĂ©file pas, qu’Amiens doit ĂȘtre largement en haut de classement en National. On n’est pas Ă  notre place. Je n’irai pas jusqu’à dire qu’on se trouvait dans une impasse mais on pouvait prĂ©tendre Ă  mieux.

Vous rendez-vous compte qu’en moins de quatre mois, vous avez dĂ©jĂ  connu trois entraĂźneurs ?

J’en ai connu quatre en une saison Ă  Brest : Pascal Janin, Corentin Martins, GĂ©rald Baticle et Alex Dupont. Plus rien ne mÂ’Ă©tonne, plus rien ne me surprend mais c’est vrai qu’en arrivant dans un club, on a envie d’un peu de stabilitĂ©. C’est toujours trĂšs difficile de construire lorsque les entraĂźneurs changent. Il faut essayer d’en trouver mais on l’obtient Ă  travers les rĂ©sultats. C’est le troisiĂšme entraĂźneur en moins de quatre mois (ndlr : Echouafni, Michel et Pelissier), c’est beaucoup. Je tiens Ă  remercier Samuel Michel pour le travail qu’il a accompli. C’est avant tout un bon mec et humainement, c’est toujours dur de voir partir un entraĂźneur. Ce sont des gens qui donnent tout. Ils passent leurs journĂ©es au stade, ils vivent pour un projet. C’est compliquĂ© de parvenir Ă  ce que 25 joueurs arrivent Ă  s’entendre. Je le respectais. Il m’a confiĂ© le brassard de capitaine. Je le remercie et c’est le football. On passe Ă  autre chose avec Christophe Pelissier.

Trouvez-vous son discours un peu plus ferme ?

Il est un petit peu plus ferme dans son discours. Il essaie de cadrer et recadrer un petit peu plus les choses par rapport aux retours qu’il a pu avoir. Ce n’est pas une rĂ©volution. Il amĂšne sa touche personnelle qui lui a permis de rĂ©ussir Ă  Luzenac avec sa personnalitĂ©. Maintenant, cela doit se matĂ©rialiser par des points.

Mais pour provoquer un choc psychologique, il faut avoir un effectif consĂ©quent pour crĂ©er un peu dÂ’Ă©mulation, et ce n’est pas le cas...

Exactement. On est sur la corde raide depuis le dĂ©but de saison. Entre les blessĂ©s et notre effectif, on est un peu court et il n’a pas une grande marge de manœuvre. C’est un peu de bricolage entre Baudry parti Ă  la CAN, BeyniĂ© et Hautcoeur blessĂ©s, etc. C’est plein d’incertitudes qui font qu’on marche un peu sur des œufs. Mais on va se serrer les coudes et on va arrĂȘter de se poser des questions par rapport Ă  nos adversaires. Concentrons-nous d’abord sur nous et sur ce qu’on est capables de faire, qu’importe le match. De toute façon, on ne va pas avoir trop le temps de gamberger.

Source : Le Courrier picard



Consulter la fiche de : POYET Romain

Les statistiques et les pages du site www.anciensverts.com