• Cliquez sur une lettre pour accéder à la liste complète :
  • A -
  • B -
  • C -
  • D -
  • E -
  • F -
  • G -
  • H -
  • I -
  • J -
  • K -
  • L -
  • M -
  • N -
  • O -
  • P -
  • Q -
  • R -
  • S -
  • T -
  • U -
  • V -
  • W -
  • X -
  • Y -
  • Z -
  • fém. -

Patrice Carteron :" Le football est un exutoire pour le peuple malien"

Rencontre. De passage pour quelques jours √† Saint-Brieuc, dont il est originaire, Patrice Carteron, l'entra√ģneur de la s√©lection du Mali, a bien voulu √©voquer son exp√©rience africaine.

Malgré la situation au Mali, et la guerre qui ravage le pays, comment les gens arrivent-ils encore à s'intéresser au football ?

Le Mali est effectivement un pays en proie √† de graves difficult√©s √©conomiques et politiques. Ce qui fait que le peuple se raccroche √† ce qui peut le faire oublier un temps cette difficult√© quotidienne. Le foot sert donc d'exutoire. C'est presque une religion. Imaginez-vous que les entra√ģnements de la s√©lection nationale sont suivis par plus de 15 000 supporteurs √† Bamako. C'est de la folie.

Les bons r√©sultats de l'√©quipe ont fait na√ģtre une certaine effervescence ?

Apr√®s notre troisi√®me place en coupe d'Afrique, nous avons tout de suite encha√ģn√© sur les qualifications pour la Coupe du monde. Pour pouvoir se qualifier, il faut terminer premier de notre poule. Nous sommes actuellement √† √©galit√© avec l'Alg√©rie que nous avons battu (2-1) chez nous √† l'aller. L√†, nous allons aborder la phase d√©cisive avec trois rencontres en juin. Nous recevrons deux fois avant de jouer l'Alg√©rie qui, de son c√īt√©, se d√©placera deux fois. Tout le peuple r√™ve d'une premi√®re qualification pour le Mondial.

Passer de la tête d'un club comme Dijon à une équipe nationale, n'est-ce pas trop difficile ?

Ce sont deux approches tr√®s diff√©rentes. En club, on a les joueurs tous les jours. On peut suivre leur progression et leurs performances au jour le jour et travailler √† moyen et long terme. A la t√™te d'une s√©lection, on n'entra√ģne pas les joueurs. On les suit √† travers leurs prestations en clubs. Pour ce faire, je regarde √©norm√©ment de matches √† la t√©l√©, et je me d√©place. Et quand on les regroupe, on ne peut faire de travail de fond. On a de longues p√©riodes de travail dans l'ombre m√©diatique, et √©norm√©ment de pression sur de courtes dur√©es lors des rencontres.

Retrouvez l'intégralité de l'interview sur le lien

Source : Ouest-France

Les statistiques et les pages du site www.anciensverts.com