• Cliquez sur une lettre pour accéder à la liste complète :
  • A -
  • B -
  • C -
  • D -
  • E -
  • F -
  • G -
  • H -
  • I -
  • J -
  • K -
  • L -
  • M -
  • N -
  • O -
  • P -
  • Q -
  • R -
  • S -
  • T -
  • U -
  • V -
  • W -
  • X -
  • Y -
  • Z -
  • fém. -

Michel Audrain revient sur ces 2 ans à Saint-Etienne avant Reims-ASSE de ce week-end

Michel Audrain

Michel Audrain - à gauche sur la photo - revient sur les 2 années qu'il a passés chez les Verts.


«  Lorsque je suis arrivé en provenance d’Angers, je devais couvrir le directeur du centre de formation Christian Larièpe, qui ne possédait pas le certificat de formateur. En plus, j’avais en charge les U15. Cette année-là, on a remporté le Tournoi de Montaigu tout en étant demi-finaliste du championnat de France. »

Reléguée la saison précédente, l’équipe professionnelle se sauve in extremis d’une descente en National. Du coup, Pierre Mankowski est limogé, remplacé par un tandem composé de Robert Herbin et Pierre Repellini. Christian Larièpe écarté, Michel Audrain est promu à la tête de la réserve stéphanoise (CFA2).

« À l’époque, j’ai eu des joueurs comme Julien Sablé, Jérémie Janot, Zoumana Camara ou Lucien Mettomo sous mes ordres. J’ai beaucoup apprécié de travailler avec Herbin et Repellini. Si le Sphynx était autoritaire, le deuxième était un boute-en-train. Ils se complétaient bien. »

À Saint-Etienne, le technicien stadiste a ressenti le poids du passé. Mais pas seulement… « Il fallait vivre avec l’histoire et notamment les anciens Verts, qui avaient souvent un discours critique. Aujourd’hui, Christophe Galtier a compris qu’il fallait exercer avec eux. L’importance du derby m’a également beaucoup marqué. Même chez les jeunes, il ne fallait absolument pas perdre contre Lyon. On cochait la date dès la publication du calendrier. Il y avait une forme d’endoctrinement. »

Ne se sentant plus en phase, Michel Audrain quittera les Verts avant la Coupe du monde 1998, à un an du terme de son contrat. « J’ai vécu deux années contrastées, mais j’ai apprécié la chaleur des gens. Je suis toujours en contacts avec des éducateurs du club comme Jean-Philippe Primard ou Gilles Rodriguez. Le centre de formation a d’ailleurs toujours été un atout à Saint-Etienne. »

De là à en faire un exemple pour le Stade de Reims ? « Oui parce qu’aujourd’hui, le club repart de zéro. »

Source: L'Union



Consulter la fiche de : AUDRAIN Michel

Les statistiques et les pages du site www.anciensverts.com