• Cliquez sur une lettre pour accéder à la liste complète :
  • A -
  • B -
  • C -
  • D -
  • E -
  • F -
  • G -
  • H -
  • I -
  • J -
  • K -
  • L -
  • M -
  • N -
  • O -
  • P -
  • Q -
  • R -
  • S -
  • T -
  • U -
  • V -
  • W -
  • X -
  • Y -
  • Z -
  • fém. -

Allaedine Yahia : "Ma passion, c'est le foot."

Alaeddine Yahia.




Interview d'Allaedine Yahia par les médias tunisiens.

Tunisie-Foot.com: Alaeddine, peux-tu déjà dans un premier temps faire un point sur ta saison avec le Stade Malherbe de Caen ?

Alaeddine Yahia: Au niveau des résultats, ce n’est pas comme l’année derrière mais sinon j’ai la chance et je suis content de participer à tous les matchs, surtout à mon âge.
TF: Le SM Caen a notamment changé plusieurs fois de formule en défense centrale. Comment l’as-tu vécu ?

AY: Tu le vis bien tant que tu joues. On a évolué en 4-1-4-1, à la 11e journée, on a joué en 3-5-2. Je l’ai bien vécu parce que l’année dernière, on a déjà joué en 3-5-2. La transition est mieux passée. Après, je n’ai pas de préférence ma seule ambition, c’est de jouer et de gagner des matchs.
TF: Tu es tout de même resté le patron de la défense, qui plus est, à 35 ans, quel est le secret de ta longévité ?

AY: Le patron, c’est un bien grand mot. Je ne suis pas un patron. Je suis effectivement le joueur le plus expérimenté derrière vu ma carrière et mon âge. Il y a d’autres bons joueurs derrière. Concernant ma longévité, je n’ai pas de secret. C’est le travail et le travail, notamment travail invisible : après l’entrainement, massage et récupération. C’est le plus important surtout à mon âge parce qu’on ne récupère pas comme à 20 ans. Après, je me fais aussi plaisir, je ne reste pas cloisonner chez moi. Je sais quand il faut passer de bons moments aussi, vivre, se laisser aller, manger un bon repas avec mes enfants et ma famille. La chose que je rajouterai avant tout, c’est que j’aime le foot mais à l’extrême. J’aime mon métier. Je ne dirais même pas mon métier, c’est ma passion le foot. Même quand j’arrêterai le foot, j’aimerai toujours le ballon quoi ! Je suis un mordu depuis tout petit du ballon.
TF: Un mot sur ton coéquipier tunisien Syam Ben Youssef qui vit une saison plus difficile ?

AY : Si on regarde son statut d’international, c’est vrai que c’est difficile pour lui. Il a commencé la saison titulaire mais après il y a eu ce match à domicile contre Paris où on avait pris 6 buts et malheureusement il en a fait les frais. Ensuite, il a aussi été blessé aux adducteurs pendant un mois et demi. L’équipe s’est mise en place, même si les résultats n’ont pas été extraordinaires. Il n’a donc pas beaucoup joué jusqu’à la CAN. Dieu merci il joué à la CAN. Il a fait une CAN correct. Depuis qu’il est revenu de la CAN, il commence à rejouer, il a fait une bonne entrée à Saint-Etienne, il m’avait notamment remplacé et là il a fait un bon match à Nice. C’est bien, il faut qu’il joue à son âge. C’est un bon défenseur, il a les qualités pour faire quelque chose de bien !
TF: Nous te souhaitons évidemment encore des piges en tant que joueur. Comment te projettes-tu à court terme mais aussi à plus long terme, après ta carrière de joueur ?

AY: Avant tout, à court terme, j’espère qu’on va se maintenir avec le Stade Malherbe de Caen. Après, on fera le point et on verra en fin de saison ce qu’il adviendra. Pour l’instant je me sens bien, j’ai encore du jus. Etape par étape, d’abord le maintien et après on verra. Après le foot, à moyen terme, j’ai envie de faire agent de joueur avec mes agents. J’ai envie de m’occuper de joueur de tout petit et les voir évoluer tout en haut. Ce serait gratifiant. Par exemple, mon agent Djaziri Karim, qui est tunisien, m’a dit un jour quand j’étais à Saint-Etienne en 2005 « regarde ce joueur, il deviendra le meilleur joueur français », je regarde le petit, je lui dis « je lui souhaite » et ce petit là c’était Benzema. C’est ça que j’ai envie de faire, de m’occuper de jeunes et de l’accompagner au plus haut. Je ne veux pas faire ça pour l’argent. Ce n’est pas mon but principal. Je ne veux pas être un mec véreux. L’argent, j’en ai eu dans le football. Je veux m’occuper de joueurs, voir leur progression, dénicher des talents et les accompagner en haut.

TF: Pouvons-nous imaginer, en cas de qualification pour le Mondial, un retour Alaeddine Yahia en Equipe Nationale ?

AY: Non non non. J’aime la Tunisie énormément, plus que tout. On m’a déjà appelé pour les qualifications pour la CAN 2017 mais voilà, j’ai fait mon temps, il y a des jeunes qui y ont participé. Je ne suis pas un voleur. Je ne vais pas piquer leur place. Je ne suis plus l’avenir de l’Equipe Nationale. Je ne sais même pas si je jouerais encore au foot en 2018. Il faut laisser la place aux jeunes. Il y a des bons joueurs derrière.

TF: Dans ta carrière avec l’EN, quels sont les joueurs qui t’ont impressionné ?

AY: Hatem Trabelsi arrière droit. S’il n’avait pas eu de problème au genou, je pense qu’il aurait fini dans les meilleurs… Il était fort lui ! J’aimais bien Bouazizi. Avec lui, tu vas à la guerre, même avec un couteau en plastique. Il peut te faire croire que tu vas gagner la guerre avec un couteau en plastique. J’aimais bien Jaziri. Un chien, un chien ! Ah ouais, tout petit comme ça, il courrait partout, il n’avait peur de rien. Ce sont les trois qui m’ont le plus impressionné.

TF: Justement dans ce futur rĂ´le dÂ’agent, tu envisages de suivre des joueurs en Tunisie, en France ou ailleurs ?

AY: Je ne vais pas te mentir. J’ai fait ma carrière en France. Cela fait 16 ans que j’y joue. Je connais plus de gens en France qu’en Tunisie. Après s’il y a des bons petits joueurs en Tunisie, j’y vais mais… J’y vais même en Moon Walk ! S’il y a de bons petits joueurs en Tunisie à voir et je sens qu’ils ont du potentiel pour jouer en France, j’y vais directement. Ce week-end je suis allé voir Srarfi. Tout le monde m’en a dit du plus grand bien. Je suis parti le voir en réserve comme je suis resté à Nice. Il a quelque chose dans les jambes. Je lui ai dit franchement « Je pense qu’il jouera en Ligue 1 à moyen terme. Mais voilà il y a une culture, il faut apprendre le football comment ça se joue en France. Sois patient, t’inquiète tu joueras ». Le but ce n’est pas tout de suite jouer en Ligue 1, te cramer et dans 6 mois tu ne joues plus. Il reste deux mois, je préfère faire deux mois où j’apprends le football, je rentre petit à petit et m’installer que faire l’inverse. Tu sens qu’il a du football dans les jambes et qu’il a du talent mais il faut qu’il apprenne comment le football français ça se joue, la tactique, la culture, apprendre le français aussi, c’est important. Les joueurs tunisiens ont beaucoup de qualités mais après il y a une discipline tactique à avoir, une discipline dans la vie au quotidien aussi. Le tunisien est un bon vivant mais voilà « joue ton foot et vis bien après ».

Source : Tunisie-foot

Consulter la fiche de : YAHIA Allaedine

Les statistiques et les pages du site www.anciensverts.com